Rendez-vous classy au Budhha bar

(Lu en 1 minute)
Buddha
Le 23 juillet 2012 Rubrique: Ndakaaru

Partager cet article par email





C'est un des ces endroits où l'on se tient le dos bien droit et où l'on ne décroise pas les jambes une seconde. Si vous avez une crampe à la jambe droite, changez, mettez la gauche au dessus.

C'est un endroit où l'on veut emmener ses amies boire un de ces cocktails qui vous font atterrir à Shangai; ou son petit-ami pour qu'il nous fasse manger avec les doigts des sushis aux noms indicibles et que le chef a préparé, là, devant vous.

C'est le genre d'endroit où l'on chuchote parce que les lumières tamisées nous prennent au jeu et que la musique nous berce. C'est le genre d'endroit qui fait penser à un temple bouddhiste nouvelle génération. Pas étonnant qu'il s'appelle le Buddha Bar !

Toutes les grandes capitales du monde, là où la nuit est un second jour, ont leur Buddha Bar. C'est le tour de notre Dk-city bien-aimée depuis quelques mois déjà.

L'originalité de ce sushi-bar au delà de son décor, c'est aussi son service. La gentillesse de l'équipe vous donne presque envie d'en reprendre. Il faut toutefois préciser que les prix sont aussi à la hauteur du service. Mais puisqu'il faut savoir se faire plaisir de temps en temps, je vous le recommande, emmenez-y vos amies, votre doudou, mais surtout n'oubliez pas de mettre vos plus beaux escarpins, de vous tenir bien droit et de croiser les jambes en sirotant votre Shangaï Trip.

Que Buddha vous Bénisse !

 

Ps : Le Little Buddha bar est l'un de ces endroits qui restent ouverts même en période de ramadan. ;)

Mariama Touré, notre sorcière bien-aimée ! Mariama est une de ces jeunes femmes passionnée. Passion pour la vie, pour sa famille et ses amis, pour l'histoire, la musique, le chocolat, les arcs-en-ciel; bref, pour tout et n'importe quoi. Et dans ce gros fourre-tout on peut trouver sa ville natale, Dakar. "Dakar, j'aurai beau critiquer cette ville, je ne saurai jamais la quitter. Non pas seulement parce que j'y suis née mais aussi parce que c'est dans le désordre de cette ville, que j'ai su trouver mon équilibre". Mais il n'y pas que Dakar qu'elle aime. Il y a aussi, la Jamaïque, Miami, Cotonou, Libreville et bien d'autres pays où son envie de découvrir le monde l'a menée. Pour comprendre ce bout de femme plein d'énergie, de caractère et d'antagonismes, il faut juste retenir que Mariama est avide de culture et encore plus de culture africaine. Il est important de préciser que Mariama est engagée et se bat quotidiennement pour que son continent retrouve son prestige d'antan. C'est pour ça qu'elle est aussi histoire, créativité, projets ambitieux et... politique ! Son engagement politique se manifeste jusqu'à sa façon de porter ses cheveux. Elle fait parti de la secte les Natural and Happy (dîtes Nappy). Cette secte regroupe les jeunes femmes prêtent à traverser le globe pour trouver THE potion pour chouchouter leurs cheveux à l'état naturel. Voilà quelques repères pour mieux cerner cette jeune femme au teint noir, sold'Art d'Agendakar. La botte secrète pour en savoir plus c'est aller l’écouter slammer aux côtés des membres du collectif Vendredi Slam. Complice de tous leurs mots (maux?), elle déclamera aux sujet de la vie, de l'amour, du bien et du mal, simplement de ses cheveux ! Pssst : Dans la vraie vie, celle qui l'oblige à se lever chaque matin à 7 heures Mariama est journaliste, spécialisée en politique. Mais chut, ça c'est dans une autre vie. Présentée par Youssou Ndiaye

Voir tous les articles de Mariama Touré

Un peu plus de lecture...