Les meilleurs Mojitos?

(Lu en 1 minute)
Mojito
Le 02 juillet 2012 Rubrique: Ndakaaru

Partager cet article par email





Pendant les vacances, il faut trouver ce petit quelque chose qui puisse vous faire plaisir. Ca peut aussi être un gros quelque chose. Ce qui me fait plaisir, moi, c'est un bon Mojito bien frais, bien dosé, servit dans un master-verre et le sourire qui va avec! 

Certains vont peut-être trouver que je me contente de peu. Mais c'est sans savoir que je les ai presque tous testé. Tous ces fancy restaurants-lounges-bars qui inscrivent “Mojito” sur leur carte des boissons et où souvent je me vois servir une plantation de feuille de menthe, sur lit de rhum ou un Daïquiri pomme à la place de ce que j'ai commandé.

À force d'être déçue, j'ai failli me rabattre sur un banal Coca à chacune de mes sorties. Jusqu'au jour où une petite trotte à l'Ozio m'a redonné espoir.

L'Ozio c'est un petit restaurant-lounge en plein centre ville de Dakar, lumière feutré, ambiance électro et un bar... à respecter !

J'ai donc osé tester à l'Ozio, un énième Mojito, sans regret cette fois ! Bien dosé, entre la menthe, le rhum cubain, le citron et l'eau gazeuse. Je pouvais sentir mes papilles s'extasier de bonheur et de satisfaction. Alors j'ai fait ma liste : The best Mojito places : et j'ai mis l'Ozio. Puis rien d'autre.

Mais bon, je ne suis pas totalement mesquine, alors j'ai ensuite rajouté d'autres endroits. Juste mes 5 favoris :

  • L'Ozio ou le Mojito Tiofé-Rofé-Doré

  • Le Red Bowl ou le Mojito coquin

  • Le Five ou le Mojito bon marché

  • Le Buddha Bar ou le Mojito sur mesure

  • Charly: le Mojito osé

     Et vous, avez-vous trouvé the best Mojito ?

Mariama Touré, notre sorcière bien-aimée ! Mariama est une de ces jeunes femmes passionnée. Passion pour la vie, pour sa famille et ses amis, pour l'histoire, la musique, le chocolat, les arcs-en-ciel; bref, pour tout et n'importe quoi. Et dans ce gros fourre-tout on peut trouver sa ville natale, Dakar. "Dakar, j'aurai beau critiquer cette ville, je ne saurai jamais la quitter. Non pas seulement parce que j'y suis née mais aussi parce que c'est dans le désordre de cette ville, que j'ai su trouver mon équilibre". Mais il n'y pas que Dakar qu'elle aime. Il y a aussi, la Jamaïque, Miami, Cotonou, Libreville et bien d'autres pays où son envie de découvrir le monde l'a menée. Pour comprendre ce bout de femme plein d'énergie, de caractère et d'antagonismes, il faut juste retenir que Mariama est avide de culture et encore plus de culture africaine. Il est important de préciser que Mariama est engagée et se bat quotidiennement pour que son continent retrouve son prestige d'antan. C'est pour ça qu'elle est aussi histoire, créativité, projets ambitieux et... politique ! Son engagement politique se manifeste jusqu'à sa façon de porter ses cheveux. Elle fait parti de la secte les Natural and Happy (dîtes Nappy). Cette secte regroupe les jeunes femmes prêtent à traverser le globe pour trouver THE potion pour chouchouter leurs cheveux à l'état naturel. Voilà quelques repères pour mieux cerner cette jeune femme au teint noir, sold'Art d'Agendakar. La botte secrète pour en savoir plus c'est aller l’écouter slammer aux côtés des membres du collectif Vendredi Slam. Complice de tous leurs mots (maux?), elle déclamera aux sujet de la vie, de l'amour, du bien et du mal, simplement de ses cheveux ! Pssst : Dans la vraie vie, celle qui l'oblige à se lever chaque matin à 7 heures Mariama est journaliste, spécialisée en politique. Mais chut, ça c'est dans une autre vie. Présentée par Youssou Ndiaye

Voir tous les articles de Mariama Touré

Un peu plus de lecture...